Comme toujours (et avec envie), je me suis dirigé vers l'exposition du club photo de Lévis.

Une petite excursion à Chagnon; pas celui de France. mais celui de Lévis!
Une horde de photos m'attendait, imprimées dans un format qui permet de constater l'attention portée aux détails et offertes à la vue de tous; une galerie dans les galeries.

Ce qui frappe, à prime abord, c'est la recherche des points de vue, différents, moins classiques, moins « convenus »; ici, plus près du sol, là, grimpé sur un rocher. Peu de suranné, peu de « prévu ». Ici, on expose, on s'expose, on veut plaire... et c'est réussi!

Ce qui transparait, ensuite, c'est la qualité technique : tout est étudié, réfléchi, léché; peu est laissé au hasard.

J'ai passé une bonne heure à me baigner de l'ambiance d'une exposition qui n'a plus grand chose d'amateur.



J'ai eu mes coups de coeur, bien sûr, que je prends plaisir à lister ici :

La cohérence de « Visages de Bouddhas » (Guylaine Mercier), la quiétude de « L'artiste » (Daniel Bouchard), le parachèvement de « Mangoustans » (Nadia Bélanger), le côté Ansel Adams de « Entrelacs » (Yves Savary), l'infini manque de profondeur de champ de « Solitaire » (Isabelle Champagne), l'inéquation de « Au seuil de l'absolu » (Patrick Septembre), la côté suave de « Heineken anyone? » (Nathalie Côté) et la profondeur de « Le cloître » (Mario Ringuette). Par-dessus tout, la force et la douceur, le contraste et le calme de « Brut » (Natasha Kitzler); ça m'en a mis plein la gueule et je suis encore à rattacher ma mâchoire (c'est la photographie pour laquelle j'ai votée).



Aujourd'hui, je me suis senti comme si je prenais des nouvelles d'une amie de longue date, la photographie.
Et, rassurez-vous, elle va bien...


CPL_Noir



Clubphotolevis.com
© Jean-François Landry 2019