Premiers déclenchements, premières impressions...

DSCF0053

Une première sortie avec mon nouveau Fujifilm X-T2, muni de son XF 60mm f/2.4 R Macro; voici donc mes premières impressions.

Le poids et l'encombrement sont une bénédiction (des arguments majeurs lors de l'achat); se promener avec 722 g au bout du bras est un vrai charme (surtout lorsque l'on considère les 1885 g que représentaient mon Canon EOS 5D Mark II, sa poignée BG-E6, ses deux piles LP-E6 et la EF 100mm f/2.8 Macro). L'ergonomie est différente; je m'y habituerai.

Ce que j'avais le plus peur, c'est de ne pas m'habituer au viseur électronique; quitter un boîtier reflex pour un hybride, ça heurte chacune de mes habitudes, ancrées depuis nombre d'années. Mais rien de ce que j'appréhendais ne s'est matérialisé : la visée est claire, lumineuse, contrastée, et dénuée de «pixelisation» (à 2 400 000 pixels au viseur, c'était en grande partie prévisible!) Le fait de pouvoir confirmer l'exposition dans le viseur, sans avoir à faire une photographie «test» et la regarder sur l'écran ACL est un plus indéniable. Comme je suis parti faire de la macrophotographie, j'ai pu aussi bénéficier, dans le viseur, du «focus peaking», c'est-à-dire de la confirmation des zones nettes de l'image par surbrillance, particulièrement utile dans ce genre de photographie.

La qualité d'images est hors norme (mais bon, ça, je le savais, ayant une fin de semaine cet été avec un Fujifilm X-Pro2 qui possède le même capteur (X-Trans CMOS III), dont j'avais tiré quelques agrandissements 16" x 20"). Le temps était couvert (merdouille!), alors j'ai dû travailler entre 400 et 800 ISO toute la journée, ce qui n'a pas semblé dégrader le moindrement mes images. Le bruit brille par son absence.

Les commandes sont instinctives, boutons et molettes sont bien placées (outre le bouton contrôlant la zone de mise au point que j'avais toujours tendance à chercher... Mais bon, ça devrait se régler avec le temps.) J'adore le côté «boîtier argentique» : des roulettes de vitesses, d'ISO, et une bague d'ouvertures de diaphragme sur l'optique, je me suis rapidement retrouvé en terrain connu. La correction d'exposition est aussi bien positionnée, sur le dessus, avec confirmation de tout cela au viseur, d'une façon claire et précise. Tout du bon... Mieux : les roulettes de vitesses et d'ISO peuvent se barrer, sur demande, ce qui évite les déconvenues.

Alors, première impression? 9.7/10.
Passage à l'hybride réussi!

Il me reste à aller tester mes deux autres optiques, soit la XF 10-24mm f/4.0 R OIS et la XF 16-55mm f/2.8 R LM WR... dès que je me trouve 2 minutes!

Vous n'avez qu'à cliquer sur ce lien pour voir la série.



Cylidd.com
© Jean-François Landry 2019